La Méditation

Par défaut

A la lumière de ce que l’on connaît de l’effet de la pensée sur l’ADN, l’eau, ou plus largement la matière,  méditer revêt un sens plus fort que jamais. 

Il n’y a pas une façon de méditer, mais autant de manières que d’individus. Ce qui importe, c’est de faire comme il nous semble le plus naturel, sans se demander inutilement si l’on fait bien ou si l’on fait mal. Il y a tout de même quelques aspects communs à tous qui aident considérablement à se mettre en condition. A commencer par la respiration. Certaines méditations utilisent des techniques respiratoires précises, c’est une voie, mais il n’est nul besoin de les connaître pour arriver à quelque chose. Une mise en condition simple pour apaiser le mental est de respirer une dizaine de fois en inspirant et expirant à la suite, profondément, mais sans forcer le mouvement et sans arrêt entre chaque. Diriger son attention vers sa respiration aide encore à nettoyer les pensées parasites qui sont le met favori du mental. A l’issue de l’exercice, on a normalement l’esprit plus clair et la conscience de soi plus présente.

Meditation-infini.jpg

Pour ce qui est de la position à adopter, s’il est mieux d’avoir le dos plutôt droit, donc d’être assis, ce qui importe surtout est d’être confortablement installé, sans douleur et en laissant bien circuler le sang et les énergies dans les membres.
Bonne nouvelle, la planche à clous et la position en tailleur ne sont donc pas obligatoires.

Une fois bien installé et relativement apaisé, chez le « débutant », le principal obstacle est le retour insistant des pensées parasites, autrement dit l’omniprésence du mental qui n’a pas l’habitude d’être mis sur la touche. Ce n’est pas grave, ça ira mieux au fur et à mesure.

Méditer, c’est tout relâcher et ne rien vouloir, c’est s’ouvrir, se mettre à l’écoute, être à l’écoute de son corps, l’investir en conscience, se mettre à l’écoute de l’univers qui nous parle non plus par nos sens habituels, mais de l’intérieur.

L’état méditatif ouvre à une plus grande réception et génère une hausse conséquente de la fréquence vibratoire de chaque cellule du corps. Cela se traduit souvent par l’impression de vibrer, par une chaleur accrue, parfois localisée au niveau des chakras secondaires comme ceux des mains, mais aussi par une activation des sept chakras principaux du corps dense.

Visualiser n’est pas rechercher une vision intérieure, c’est plutôt revêtir intérieurement un aspect qui favorisera la circulation des énergies. C’est intégrer consciemment de l’intérieur, disons au niveau cellulaire, qu’on est un ensemble d’énergies baignant dans un océan d’énergies et que la densité de nos corps est un outil à la fois de canalisation de ces énergies, mais aussi de transmutation. Ce n’est peut-être pas flatteur pour l’égo, mais finalement nous ne sommes en nos chairs et nos os que des relais électriques.

La méditation est avant tout un état de vacuité et d’abandon. Ne rien attendre, ne rien désirer, ne rien contrôler sont les trois clés qui verrouillent le mental et libèrent la conscience. Le méditant est dans un état d’où il a peu envie de sortir, son corps vibrant s’est fondu avec le Cosmos et s’il porte sa conscience au fin fond de son être, il aura peut-être la surprise d’y voir les étoiles. A ce moment de profonde méditation, le lâcher-prise est absolu, la respiration est presque inexistante et le méditant en est presque rendu à la chimie de la respiration cellulaire.

C’est un moment qui peut se partager dans une méditation de groupe dont l’intention peut alors être dirigée dans un but précis. Si le but recherché est juste et se fait en conscience et en acceptation de tous les concernés, alors le résultat est assuré.

Il y a d’autres moyens. Comme, placer aussi fréquemment que possible sa pleine conscience dans l’instant présent est une forme de méditation. S’arrêter sur un paysage, une nuit étoilée ou un tableau en lui accordant toute son attention dans l’émotion du beau est un puissant moment de méditation. Marcher en conscience à l’écoute de ce qui nous entoure et dans la sensation de ses pas sur le sol est encore une autre forme de méditation.

Méditer, Namaste.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s